Comment rédiger du bon contenu web?

Vous êtes à l’aise avec l’écriture et vous cherchez La méthode pour rédiger du contenu de qualité.

Premier secret : curiosité intellectuelle & inspiration

S’il est un conseil qui s’appliquerait à quiconque souhaiterait fournir du contenu écrit -ou pas- : n’ayez de cesse de vous former. Enrichissez vos connaissances qu’elles soient directement liées à votre domaine ou pas d’ailleurs. Plus votre culture sera générale, plus votre de champ de réflexion s’élargira et plus vos compétences s’étofferont.

Les facteurs qui favorisent un apprentissage effectif

« L’amour est la source de toute connaissance. »

Léonard De Vinci

  • L’amour. Même si la croyance populaire voudrait associer la réussite à la pénibilité, je vous prie de croire que les choses roulent bien mieux lorsque la passion est là ! Comme le précise justement le chercheur et auteur Idriss Aberkane lorsqu’il évoque dans son livre « Libérez votre cerveau », le raccourci trop commun entre souffrance et mérite.
  • La régularité : peut-être avez-vous entendu parler de la théorie des 10 000 heures, développée par le psychologue K. Anders Ericsson dans les années 1990 ? Cette théorie tend à prouver que la pratique délibérée et répétitive d’une discipline, d’un art ou d’une technique conduirait inéluctablement à la maîtrise et à l’excellence de ceux-ci (10.000 heures de pratique, représentent 10 ans de travail à raison de 20 heures par semaine ou 5 ans à temps plein). Que l’on adhère ou pas à cette théorie, il va sans dire, qu’elle reste un outil logique, qui à mon sens, ne sera effectif si et seulement si, « le pratiquant » fait preuve d’analyse, d’auto-évaluation, et qu’il sache tirer profit des situations d’échec ou de réussite, et non avec une pratique délibérément machinale. La notion de progression est fondamentale.

  • Le contact humain : en augmentant les rencontres intéressantes, les sorties culturelles, les événements ponctuels dans des domaines divers et variés. En échangeant avec vos pairs, mentors ou autres spécialistes. Sans oublier d’autres entrepreneurs et aventuriers comme vous. Bref, une bonne dose d’humanité ne serait pas du luxe en ces temps. Conférences, séminaires, masterclass, ateliers, expositions pullulent un peu partout ! Sachez saisir les occasions de construire un réseau de personnes qui vous ressemblent et avec lesquelles vous partagez des valeurs et une vison commune.
  • L’enseignement : l’auteur et infopreneur Olivier Roland dans un de ses webinaires, a posé la question suivante : « Quelle est selon vous, la meilleure façon d’apprendre ? » Et bien, aussi incongrue que cela puisse paraître, la réponse était : enseigner. Le fait de transmettre vos connaissances, vous fait réviser, d’une part et d’autre part, de par l’interactivité qui en découle, élargit le spectre de cette connaissance. C’est tout bénef !

Défi n°1

Chaque jour, astreignez-vous à l’apprentissage d‘une à trois choses, selon vos capacités. Vous verrez une réelle différence et ce, en très peu de temps. Mais attention lorsque je vous parle de connaissances à acquérir, je ne vous parle pas d’une publication Instagram furtive ou d’une vidéo courte sur Youtube. Il s’agit plutôt d’ingérer une connaissance dans son ensemble en tenant compte de son contexte, de sa source d’informations et de tous ses paramètres. L’apprentissage peut sans conteste s’étaler dans le temps selon sa complexité et son étendu.


Deuxième secret : avant de penser écriture, il faut penser structure

Sans entrer dans toute la technicité du métier de rédacteur, il est nécessaire, voire fondamentale de structurer un minimum. La base absolue est de se mettre à la place du lecteur et de ce fait prendre en considération, son confort, son langage, son temps, etc.

  • Son confort : la plupart des lecteurs du net sont des mobinautes ultra-connectés et infobèses. Partant du principe, que la petite taille d’un mobile, sa luminosité et ses contrastes sont inconfortables, le contenu écrit se doit par conséquent d’être concis, incisif et ergonomique. Pour ce faire, évitez les textes à rallonge et une police de petite taille ou trop excentrique.

  • Son langage : sachez à qui vous vous adressez ! Il va de soi qu’une fois que vous aurez défini votre cible première et votre cible secondaire, il sera dans votre intérêt d’adapter votre langage. Choisissez plutôt un langage courant, sans jargon technique (sauf si la cible est une cible professionnelle), vous pouvez teinter vos écrits de quelques touches calculées de « familiarités » créant ainsi une proximité avec votre audience. Enfin, quelques notes d’humour ne seront pas en reste pour séduire les plus réticents.

  • Son temps : que votre lecteur soit parent au foyer, PDG d’une multinationale, étudiant ou bien encore salarié… tous s’accorderont sur le fait qu’ils n’ont pas le temps. Droit au but sera votre crédo !

La pyramide inversée

La pyramide inversée est la structure rédactionnelle qui vous garantie la meilleure approche. Généralement le lecteur décroche progressivement à mesure qu’il descend dans l’article. Selon une étude menée par Nielsen Norman Group, seulement 19,7 % du temps d’attention est accordé en dessous de la ligne de flottaison.

Conséquence : maximiser et donner les informations principales dès le départ. Ce qui va susciter le désir d’explorer le contenu dans son ensemble réside dans la force du haut de page.


Défi n°2 :

Mettons en application ce procédé de pyramide inversée :

  • Un titre accrocheur : voire racoleur, il s’agit d’interpeler votre audience.

  • Un premier paragraphe substantiel avec la méthode des 5 W et des 2 H : méthode journalistique pratique et pragmatique (Who, What, When, Where, Why et How et How many). Ce paragraphe constitue le tronc principale puisqu’il répond aux questions : qui, quoi, quand, où, pourquoi et si besoin comment et combien ?

  • Les paragraphes suivants seront étoffés d’informations secondaires, pour les plus téméraires qui n’auront pas abandonné la lecture en cours de route. Ces paragraphes dits secondaires entrent dans le détail et ont tout de même leur importance car ils apportent profondeur et précision sur ledit sujet.

  • Le tout agrémenté d’images, de vidéos ou de podcasts pour augmenter la valeur du contenu en le rendant plus attractif et dynamique.

Troisième secret : optimisez un max !

On entend parler à tout-va d’optimisation, de référencement (indexation) et de SEO, sans trop comprendre le pourquoi du comment. Bien que pour cette étape, il serait préférable pour vous de privilégier l’expertise d’un rédacteur ou d’un web master, vous pouvez d’ores et déjà essayer de saisir le sens, et l’importance de ce processus fondamental.

Et oh Google, je suis là, c’est bon tu peux m’indexer !

Lorsque vous lancez votre site, celui-ci se retrouve propulser au milieu de millions d’autres sites. Les robots de Google (ou d’autres moteurs de recherche) sélectionnent les sites les plus pertinents grâce à divers algorithmes et procèdent à une classification naturelle.

En route pour la pole position …

Et c’est là que le process SEO intervient (Search Engine Optimization). Le SEO englobe l’ensemble des méthodes et techniques qui visent à positionner les pages web de votre site internet dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche. Le but étant d’être en tête de gondole au maximum dans les 8 premiers -sur la première page évidemment-. Au risque de ne pas être vu par les internautes, qui préféreront modifier leurs requêtes plutôt que chercher dans les profondeurs de la page d’accueil.


Défi n°3 :

A votre échelle, ce que vous pouvez faire :

  • Rédiger en premier lieu pour l’internaute, de sorte que le contenu soit digeste, clair et explicite.
  • Et ensuite seulement, vous procéderez à son optimisation en rédigant par exemple, les bons mots-clés qui sont souvent ni plus moins que le champ lexical du sujet principal. Ceux-ci devront être dispersés dans votre contenu de manière adéquate.

ATTENTION : Google repère toute tentative de suroptimisation, rédiger honnêtement vous fera gagner en pertinence.

Bien sûr, optimiser ne se résume pas aux mots-clés, il existe une multitude d’outils gratuits ou payants vous permettant d’émerger sur Google nécessitant un minimum de savoir-faire à ce sujet. Mais, maintenant vous y verrez déjà un peu plus clair.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :